hypnose stress, hypnose anxiété, hypnose le mans, angers, paris, hypnose médicale, hypnosis, hypnose douleurs
hypnose stress, hypnose anxiété, hypnose le mans, angers, paris, hypnose médicale, hypnosis, hypnose douleurs

LES ETUDES SCIENTIFIQUES SUR L'HYPNOSE

Cet article fait un survol des études cliniques publiées qui ont démontré l’efficacité de l’hypnose pour la guérison, le soulagement de la douleur et le traitement de divers problèmes (stress, anxiété, dépression et autres).

Les études de recherche cités ci-dessous ont été publiés dans des revues respectées et démontrent des résultats valables scientifiquement. Ces études font état d’un échantillon de la multitude d’applications de l’hypnose dans la vie humaine.

Note : Vous trouverez un grand nombre de références au bas de cet article avec le lien vers l’article scientifique publié auquel il fait référence.

 

Douleurs – Maux de tête – Cancer – Maladies cardiovasculaires – Hypertension et stress – Asthme – Renforcement du système immunitaire –Troubles intestinaux – Hémophilie – Chirurgie – Acouchement – Conditions diverses – Anxiété – Réactions phobiques – Dépression

 

Douleurs : 

 

1. Ernest Hilgard (1977) et ses collègues: ils ont réalisé de vastes enquêtes, en utilisant des paradigmes expérimentaux pour induire la douleur (généralement soit un garrot coupant la circulation à un membre ou en plongeant le membre dans l’eau froide), ils ont démontré que différents types de douleur peuvent être réduite par une analgésie hypnotique.

2. Dans une étude neurochimique du contrôle hypnotique de la douleur menée par Domangue (1985), les patients souffrant de douleurs arthritiques ont montré une corrélation entre les niveaux de douleur, l’anxiété et la dépression. L’anxiété et la dépression ont été inversement proportionnels à des niveaux plasmatiques de norépinéphrine. La dépression a été corrélée avec les niveaux de dopamine et une corrélation négative avec les niveaux de sérotonine et de l’endorphine bêta. Après l’hypnothérapie, il y avait  statistiquement et cliniquement une diminution significative de la dépression, l’anxiété et la douleur, et l’augmentation des bêta endorphines substances analogues.

3. Hilgard (1982) a étudié des enfants atteints de cancer. Il a trouvé que l’hypnose est efficace dans la réduction de la douleur et l’inconfort associé aux interventions médicales répétées.

3. Domangue (1985) a mené une étude de 19 patients avec une variété de troubles musculo-squelettiques. Il a rapporté des réductions significatives de la douleur et de la dysphorie (anxiété, dépression) suivant l’hypnose. Les réductions ont été associées à des augmentations importantes dans le plasma bêta endorphine.

4. Barabasz et Barabasz (1989) a étudié un échantillon de 20 patients avec une variété de syndromes de douleur chronique. Ils ont utilisé une technique hypnotique connu sous le nom thérapie de stimulation de l’environnement restreint (REST). Tous les patients ont d’abord été classés comme ayant une faible susceptibilité hypnotique sur l’échelle de susceptibilité hypnotique de Stanford (SHSS). Après une exposition à la technique de la formation, les sujets ont démontré des augmentations significatives des scores SHSS deux et dans la réduction de la douleur par rapport aux contrôles.

Maux de tête : 

 

5. Dans un essai contrôlé mené par Olness en 1987, l’auto-hypnose s’est avérée significativement plus efficace que le propranolol et le placebo dans la réduction de la fréquence des migraines chez les enfants âgés de six et douze ans.

6. Dans une recherche menée par Schlutter (1980), l’hypnose a également été trouvé efficace dans le traitement des maux de tête.

7. Une étude (Gutfeld, G. et Rao, L., 1992) a été menée sur 42 patients souffrant de maux de tête chroniques. Ces patients, qui avaient tous mal répondu aux traitements conventionnels, ont été divisés en deux groupes. Un reçu groupe reçu l’hypnothérapie pour soulager leurs maux de tête quotidiens, l’autre groupe a agi comme un groupe de comparaison. Le groupe « hypnothérapie » a connu une réduction de la fréquence et de la durée des maux de tête ainsi qu’une une baisse d’intensité d’environ 30% en moyenne.

Douleurs et cancer : 

 

8. Speigel et Bloom (1983b) ont rapporté qu’une étude sur les femmes atteintes d’un cancer du sein métastatique a montré que les patients qui ont reçu une thérapie de groupe avec une formation en hypnose sur une période d’un an ont été en mesure de réduire leur expérience de la douleur de 50% par rapport à un groupe témoin.

De plus, un suivi de ces mêmes femmes après 10 ans a montré que le groupe de traitement par hypnose a eu un taux de survie moyen de 36,6 mois, comparativement à 18,9 mois pour les contrôles.

Maladies cardiovasculaires : 

 

9. Dans la recherche menée par Bernardi (1982), les patients hypertendus se sont montrés nettement plus efficace pour contrôler leur réponse cardiovasculaire à des stresseurs en hypnose qu’ils ne l’étaient en état normal de veille.

10. Dans une étude réalisée par Sletvold (1986), les sujets normotendus (ayant une pression artérielle normale) ont montré être en mesure de faire augmenter ou diminuer leur tension artérielle de façon significative avec l’hypnose.

11. Dans une étude réalisée en 1979 par la recherche Jackson, les sujets ayant une capacité hypnotique ont montré pouvoir améliorer leur performance aérobique de façon significative en réponse à la suggestion post-hypnotique. En outre, les sujets présentant une susceptibilité hypnotique élevée ont considérablement amélioré leur performance dans l’exercice physique à l’aide de suggestions post-hypnotiques.

 

Hypertension et stress : 

 

12. Kuttner (1988) a constaté qu’une approche mettant l’accent sur la narration hypnotique et l’imagerie a été significativement plus efficace que les techniques comportementales ou ce qui est utilisé normalement dans la pratique médicale pour lutter contre la détresse durant les aspirations de moelle osseuse chez les jeunes enfants atteints de leucémie.

13. Friedman et Taub (1977, 1978) a rapporté les résultats d’un essai clinique comparant l’hypnose avec le biofeedback ou une combinaison des deux pour le traitement de l’hypertension. Au bout de quatre semaines de traitement, tous les groupes ont montré une réduction significative de la pression artérielle. Cependant, seulement les patients ayant reçu le traitement par hypnose avait maintenu la réduction.

 

Asthme : 

 

14. Dans une étude approfondie réalisée par Maher-Loughnan (1970), des sujets asthmatiques ont été assignés au hasard soit à l’hypnose ou à la sophrologie. Les résultats ont montré que les deux modalités de traitement sont bénéfiques pour les patients, mais l’amélioration dans le groupe d’hypnothérapie était significativement plus élevée. Il y avait un pic d’amélioration entre les septième et douzième semaine de traitement. En outre, seuls les sujets du groupe hypnose ont montré une amélioration dans les mesures physiologiques de la respiration (volume expiratoire forcé).

15. Aiguière et Stewart (1986) font état d’une étude randomisée et contrôlée de l’hypnose chez les patients atteints d’asthme modéré. Les patients ayant une sensibilité élevée à l’hypnose ont montré une amélioration de 74,9% en hyper-réactivité bronchique (à la métacholine), une augmentation de 5,5% du débit expiratoire de pointe, une diminution de 26,2% dans l’utilisation d’un bronchodilatateur.

 

Renforcer le système immunitaire : 

 

16. Patricia Ruzyla-Smith et ses collègues à Washington State University à Pullman rapportent que l’hypnose renforce la capacité de lutte contre la maladie de deux types de cellules immunitaires. 33 étudiants qui atteignent l’état de transe hypnotique facilement et 32 élèves qui avaient beaucoup de difficulté faisant ont été recrutés pour l’étude. Les élèves qui ont subi l’hypnose ont affiché de plus grands sauts dans deux classes importantes de globules blancs que les participants qui ont reçu la relaxation ou aucune méthode. La plus grande amélioration s’est produite immunitaire chez les étudiants hautement hypnotisables dans le groupe hypnose.

 

Troubles intestinaux : 

 

17. Whorwell (1984) a démontré la réussite du traitement du syndrôme du côlon irritable en utilisant l’hypnose dans une étude contrôlée d’un groupe de patients qui avaient une forme chronique sévère de la maladie et n’avait pas répondu aux thérapies conventionnelles. Les patients ont été répartis au hasard dans un groupe « psychothérapie » ou un groupe « hypnothérapie ». Les patients en psychothérapie ont montré une amélioration significative des mesures de la douleur et, en général de leur bien-être en dépit d’une absence de changement dans les habitudes intestinales. D’un autre côté, les patients du groupe « Hypnothérapie » ont montré une amélioration spectaculaire de toutes les mesures qui ont persisté à un à deux ans de suivi. (Whorwell, 1987).

18. Colgan (1988) fait état d’une étude randomisée de 30 patients atteints de la maladie souvent récurrente d’ulcère duodénal. Les sujets ont été traités pendant dix semaines avec soit Hypnothérapie et ranitidine ou le médicament seul. Lors du suivi après 12 mois, tous les patients utilisant le médicament seul avait fait une rechute. Seulement 50% des patients utilisant le médicaments et l’hypnothérapie avait fait une rechute.

 

Hémophilie : 

 

19. Swirsky-Saccetti (1986) a fait un rapport sur la recherche avec des hémophiles. Au cours d’un suivi sur dix-huit semaines, les patients d’un groupe hémophiles a qui ont a enseigné l’auto-hypnose ont réduit significativement leur niveau auto-déclaré de détresse et la quantité de concentré de produits sanguins qu’ils ont besoin pour contrôler le saignement par rapport à un groupe témoin de patients qui n’ont pas utilisé l’hypnose.

20. Un suivi sur 30 mois réalisé par LaBaw (1975) avec des patients hémophiles a démontré l’efficacité des procédures du groupe d’auto-hypnose dans la réduction de la détresse et la quantité de produits sanguins nécessaires par rapport aux groupes de contrôle chez les patients allant de cinq à quarante-huit ans de l’âge.

 

Chirurgie : 

 

21. Les patients subissant une chirurgie cervico-faciale qui ont été formés à l’hypnose préopératoire avaient une hospitalisations postopératoires significativement plus courte que les témoins appariés (Rapkin, 1988).

 

Accouchement : 

 

22. En 1963, Schwartz a présenté une étude dans laquelle l’hypnothérapie a été utilisée avec succès pour prolonger la grossesse et de prévenir un accouchement prématuré.

23. Omer (1986a, 1986b, 1987a) ont constaté que la fréquence des plaintes physiques et le niveau général d’anxiété ont été corrélés avec le travail prématuré et des contractions prématurées. Une technique brève mettant l’accent sur l’utilisation de l’auto-hypnose a été employée comme adjuvant à un traitement pharmacologique. La prolongation de la grossesse était significativement plus élevée pour ce groupe que pour le groupe de contrôle des médications-long, et le poids du nourrisson était également significativement plus grande.

 

Conditions diverses :

 

24. Dans une étude de cas contrôlée d’un patient atteint de maladie de Raynaud, Conn (1984) a montré une vasodilatation rapide et spectaculaire en réponse à la suggestion hypnotique.

25. Dans la recherche rapportée par Spanos (1988), une paire d’essais contrôlés randomisés, des études ont été menées avec un groupe de personnes qui ont eu des verrues. Les sujets a qui ont été donnés des suggestions hypnotiques étaient significativement plus susceptibles d’obtenir une régression des verrues que les groupes placebo ou sans traitement.

26. Dans un rapport par David Spiegel dans la Harvard Mental Health Letter, la recherche suivante a été cité: a) Plusieurs expériences contrôlées ont montré que l’hypnose peut être utilisée efficacement pour éliminer les verrues, et b) Des études ont été effectuées sur des personnes souffrant de « pseudoseizures », dans laquelle ils perdent la conscience ou le contrôle moteur et font des mouvements saccadés typiques de l’épilepsie (mais sans les dommages associés au cerveau). Ces patients ont appris à limiter ou à éliminer ces symptômes en utilisant l’hypnose.

 

Anxiété : 

 

27. Dans un rapport par David Spiegel dans la Harvard Mental Health Letter, il a été cité que les méthodes d’hypnose ont été utilisés avec succès pour l’anxiété associée à des procédures médicales.

28. 241 patients ont été soumis à des procédures percutanées vasculaires et rénales et ont été testés au hasard sur trois régimes d’essai, dont l’un était l’hypnose. Les patients ont évalué leur douleur et l’anxiété sur des échelles de 1-10 avant, toutes les 15 minutes pendant et après les procédures. La douleur est resté stable sur la durée du temps de la procédure dans le groupe hypnose, la douleur a augmenté linéairement avec le temps dans les deux autres groupes. L’anxiété a diminué au fil du temps dans les trois groupes; la plus forte baisse a été dans le groupe qui a été hypnotisé. La procédure étaient significativement plus courte dans le groupe hypnose. En outre, l’hypnose s’est révélé être supérieur dans l’amélioration de la stabilité hémodynamique.

Réactions phobiques

52. Dans un rapport par David Spiegel dans la Harvard Mental Health Letter, la recherche suivante a été cité:  Une étude réalisée sur sept ans a montré que 50% des patients qui avaient peur de l’avion ont été guéri ou ont connu une amélioration après un traitement d’hypnose.

Dépression : 

 

53. Dans une étude neurochimique du contrôle hypnotique de la douleur menée par Domangue (1985), les patients souffrant de douleurs arthritiques ont montré une corrélation entre les niveaux de douleur, l’anxiété et la dépression. L’anxiété et la dépression ont été inversement proportionnels à des niveaux plasmatiques de norépinéphrine. La dépression a été corrélée avec les niveaux de dopamine et une corrélation négative avec les niveaux de sérotonine et de l’endorphine bêta. Après l’hypnothérapie, il y avait statistiquement et cliniquement une diminution significative de la dépression, l’anxiété et la douleur, et l’augmentation des bêta endorphines substances analogues.

 

Références et études cliniques scientifiques publiées : 

 

 

1. PSY'ACTION LE MANS

12, place Washington
72000 Le Mans

02 43 72 25 88

 

2. PSY'ACTION PARIS (15)

Tour Montparnasse
33, avenue du Maine
75015 Paris

01 44 10 41 87

 

3. PSY'ACTION PARIS (92)

Espace Miroirs - Bât D 18, avenue d'Alsace

92400 COURBEVOIE

01 44 10 41 87

 

4. PSY'ACTION ANGERS

63, Boulevard Foch

49000 Angers

02 43 72 25 88

 

5. PSY'ACTION LAVAL

19, rue de l'Ancien Evéché

53 000 Laval

02 72 95 90 20

 

6. PSY'ACTION RENNES

107, avenue Henri Fréville   35 207 Rennes

02 99 26 81 90

 

7. PSY'ACTION TOULOUSE

17, rue Papoul

31 000 Toulouse

09 81 24 14 94

 

Horaires d'ouverture

9h - 20 h en continu

Réception uniquement sur rendez-vous. 

 

Parking à proximité. Transports communs proches. Accès pour les personnes à mobilité réduite. 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Psy'Action - Groupe Orient'Action®